Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘créativité’

« La conversation »
©2019 Suzanne Bélair
Oil on canvas 12 X 12 in
Huile sur toile 30.5 X 30.5 cm

Me voici bien en retard dans mes billets de peinture!

 

Ceci est un tableau complété il y a deux semaines. L’été dernier, mon amie est allée sur la côte est canadienne et est revenue avec toute une série de photos de ces intrigants macareux.

 

Au cas où vous voudriez le savoir, le macareux moine est l’oiseau officiel de Terre-Neuve-et-Labrador où environ 95% des aires de reproduction de l’Amérique du Nord sont situées. Je les trouve absolument adorables, attachants et pleins de personnalité.

 

Ils vivent 20 ans et plus. Leur bec coloré se délave pour devenir gris terne en hiver et redevient coloré au printemps, probablement pour attirer l’autre sexe. La majeure partie de leur vie est passée en mer et ils peuvent plonger jusqu’à 200 mètres pour chasser de petits poissons comme le hareng ou l’anguille de sable.

 

Les macareux de l’Atlantique forment des colonies de reproduction chaque printemps et chaque été sur les côtes et les îles de l’Atlantique Nord, du Labrador / Terre-Neuve au Nord-Est des États-Unis.

 

Ceci est la dernière version de mes interprétations de macareux, j’espère que vous l’aimez!

 

 

Suivez-moi sur Instagram

Site web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair

 

 

Publicités

Read Full Post »

Il y a beaucoup dans le non-dit !

La tentation d'écrire

La difficulté d’écrire – je l’éprouve tous les jours – est de trouver le lien invisible qui unit les unes aux autres toutes les phrases d’un livre. Je veux dire que deux phrases étant écrites, il doit en exister une troisième non écrite, qui joint ces phrases de telle sorte que sans elle les mots tracés sur le papier perdent quelque chose de leur sens. Cette phrase idéale, on doit en entendre le son, mais seul un mauvais écrivain essaierait de l’emprisonner dans les jambages de l’écriture car elle doit voler comme vole le souffle sur les lèvres d’un homme qui parle, et c’est elle qui fait que la page respire.

Julien Green

Voir l’article original

Read Full Post »

Il y a quelques jours, j’ai terminé  mon merveilleux papillon. Sa création m’a transformée et apporté beaucoup de plaisir. Il me rend heureuse quand je le regarde, les couleurs de la toile me fascinent. C’est ce que je cherche à atteindre quand je peints, ce sens d’émerveillement qui s’empare de moi quand je réalise ce qui est devant nous.

 

La peinture,  la création, l’écriture sans attente, sans demande, c’est alors que les pigments se transforment en émotions, que l’encre livre nos secrets.

 

La larve du monarque (Danaus plexippus)se nourrit exclusivement  de l’asclépiade, une plante herbacée vivace et toxique que l’on retrouve à l’état sauvage au Québec. En se nourrissant ainsi, la larve passe le poison à l’adulte tandis que celui-ci continue d’être friand du nectar. Les molécules de cette plante rend le monarque toxique pour les prédateurs qui l’évitent alors.

 

Repos©2014SuzanneBélair

Repos
©2014 Suzanne Bélair
Huile sur toile, 24 X 30 po

Le monarque est l’un de nos insectes favoris par sa beauté, par ses couleurs et par le mystère de sa migration qu’il entreprend chaque annéepour se rendre à quelques 3 000 km plus au sud, dans les montagnes du centre du Mexique. On croit que le monarque effectue le long voyage car l’asclépiade serait originairement du Mexique et quand la plante a immigré, les papillons ont suivi.  La plante est aussi abondante en Ontario.

 

Selon Parcs Canada (www.pc.gc.ca), les Grands Lacs représentent un obstacle important à la migration des monarques, ces derniers cherchent donc un chemin plus court pour traverser le lac Erié. La pointe Pelée, avec sa forme en entonnoir canalise les monarques vers la pointe où ils attendent des conditions favorables à la traversée du lac (la chaleur et les vents).Les monarques prennent ainsi refuge au parc national de la Pointe-Pelée pendant quelques jours à l’automne avant d’entreprendre la traversée.  S’il fait chaud, ils ne s’arrêtent pas et continuent mais quand il fait froid, ils restent dans les arbres en attente et peuvent alors être observés au plus grand plaisir des amateurs.

 

 

©2014SuzanneBélair

http://www.suzannebelair.com

Read Full Post »

Beaucoup de plaisir hier pendant un atelier de techniques mixtes où j’ai appris à marier papier terraskin, papier de soie et acrylique. Ça fait du bien de sortir de sa zone de confort une fois de temps en temps. Il n’y a rien de tel pour réveiller la créativité. Depuis un bout de temps, j’étudiais comment intégrer de l’abstraction dans mon art, surtout au niveau des arrières plans. J’ai maintenant la tête pleine d’idées et de projets.

 

Voici quelques exemples des résultats d’hier que je n’ai pas encore nommé. Je n’ai pas encore décidé si je vais les continuer, mettre plus d’emphase sur une partie versus l’autre, si je mettrai plus de détails ou simplement les laisser tel quel. Je les trouve quand même intéressantes.

 

©2014 Suzanne Bélair Medium mixte sur terraskin 8 X 10 po

©2014 Suzanne Bélair
Medium mixte sur terraskin
8 X 10 po

©2014 Suzanne Bélair Medium mixte sur terraskin 25 X 17.5 po

©2014 Suzanne Bélair
Medium mixte sur terraskin
25 X 17.5 po

http://www.suzannebelair.com

Read Full Post »

Selon Wikipedia, l’Inspiration Artistique se résume à “créativité soudaine ou un élan soudain de production créative”. Selon l’ancienne pensée grecque, l’inspiration arrivait à travers certains Dieux et muses tandis que dans le Christianisme, on pensait que l’inspiration venait de l’Esprit Saint.

 

À travers l’histoire, les philosophes, psychologues et artistes ont essayé de rationaliser et comprendre le phénomène, parfois dans le but de le canaliser ou le contrôler, parfois pour l’inciter, tandis que Freud et les psychologues plus récents pensaient que l’inspiration venait de la « psyché intérieure de l’artiste », en tant que cumulatif des expériences traumatiques passées du sujet et de conflits irrésolus ou même du subconscient.

 

De nos jours, l’inspiration est toujours considérée comme étant par sa nature, mystique, un cadeau des cieux, de l’univers, un lien à notre connexion universelle et largement hors de notre contrôle. Même si souvent déclenchée par un facteur extérieur, l’inspiration demeure un processus entièrement interne. Je crois cependant que nous pouvons aider à le stimuler.

 

Voici un « reblog » partiel d’une entrée précédente datant de février 2012 avec quelques ajouts. À l’époque, j’arrivais tout juste de 2 semaines de peinture et de dessin dans la jungle du Costa Rica, une expérience que je souhaite à chaque artiste amant de la nature. C’était merveilleux. Je suis revenue inspirée, calme et détendue, avec un nouveau but et une nouvelle pensée sur l’inspiration, la créativité et l’originalité.

Nous les artistes, faisons souvent face à la peur de ne pas être assez original, pas assez créatif. Est-ce qu’on n’entend  pas que tout a déjà été dit, que tout a déjà été fait? Il est important de se souvenir que même si plusieurs personnes ont déjà peint un sujet similaire à ce que l’on souhaite représenter, ou écrit un poème ou prose sur le même sujet que l’on désire traiter, nous devons nous rappeler que personne ne l’a fait de la même façon. Personne n’a ressenti la même chose pendant le processus de création.

Tout comme chaque goutte d’eau dans l’océan est différente de celle qu’elle côtoie, tout comme chaque vague qui vient mourir sur la plage est différente de la précédente et de celle qui la suit, tel en est-il de chaque artiste. Nous sommes tous et toutes différents les uns des autres, nous avons tous et toutes quelque chose à dire ou à exprimer de façon différente des autres. Nous avons tous notre voix personnelle, qu’elle soit écrite, visuelle ou musicale.

Comment être original, créatif, inspiré (e)? Une des meilleures façons que j’ai trouvées est d’écrire quelque idée qui me passe par la tête aussitôt que j’y pense. Les idées dont si éphémères parfois… Non ce n’est pas toujours facile mais ça en vaut l’effort. La deuxième chose à faire est de travailler, d’y mettre les heures. C’est souvent en travaillant que les idées traversent notre pensée ou qu’on réalise ce que l’on aime ou aime moins et de nouvelles façons de faire aussi. Finalement, la meilleure façon d’être orignal est d’être soi-même. Peindre ce que l’aime peindre, écrire à propos de ce que qu’on aime écrire. Pendant qu’on travaille, nous améliorons nos techniques et ceci aide toujours lorsque l’inspiration nous « frappe ».

La meilleure façon d’être original est d’être soi-même, Peindre ce que l’on veut peindre, écrire ce que l’on veut écrire. Et très important, sortir et voir ce qui se passe ailleurs, cette stimulation extérieure est aussi importante que le travail dans le studio.

Chaque artiste a une voix artistique distincte. Elle peut parfois prendre du temps à émerger, surtout quand on travaille avec d’autres artiste ou quand on est plus concentré à améliorer des techniques, mais éventuellement, la voix se manifestera.

 

www.suzannebelair.com

 

Pour me trouver sur facebook: https://www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Read Full Post »

Sketching à Punta Banco Costa Rica

Pendant les deux dernières semaines, j’ai peint avec bonheur dans la jungle Costa Ricaine! Merveilleux! En termes d’œuvre d’art, les paysages ne m’attirent pas particulièrement. J’ai quand même décidé de l’essayer et au milieu des sons, des odeurs, des singes et des oiseaux, j’ai trouvé la paix et retrouvé le calme qui manquait à ma vie depuis quelques temps. Aucune des toiles n’est terminée mais j’espère les compléter d’ici peu. Quel voyage merveilleux que j’aimerais que chaque artiste ait la chance de vivre. Peindre en plein air est plaisant et les couleurs sont si vibrantes sous le soleil!

De toute façon, ce que je voulais partager aujourd’hui concerne plutôt l’inspiration, la créativité et l’originalité. À vivre dans la forêt tropicale pendant deux semaines, on voit toute cette biodiversité autour de nous et ceci nous fait réaliser que, tout comme chaque plante, chaque animal, chaque feuille et chaque particule de sol, nous sommes tous et toutes différents les uns des autres, nous sommes uniques tout en étant connectés les uns aux autres.

Nous les artistes, faisons souvent face à la peur de ne pas être assez original, pas assez créatif. Est-ce qu’on ne nous répète pas que tout a déjà été dit, que tout a déjà été fait? Il est important de se souvenir que si plusieurs personnes ont déjà peint une pomme par exemple, personne ne l’a peinte de ton unique façon ou ne l’a placée dans le même contexte que toi. Personne n’a ressenti la même chose que toi pendant qu’il ou qu’elle la peignait.  

Tout comme chaque goutte d’eau dans l’océan est différente de celle qu’elle côtoie, tout comme chaque vague qui vient mourir sur la plage est différente de la précédente et de  celle qui la suit, tel en est-il de chaque artiste. Nous sommes tous et toutes différents les uns des autres, nous avons tous et toutes quelque chose à dire ou à exprimer de façon différente des autres. Nous avons tous notre voix personnelle, qu’elle soit écrite ou visuelle.

Comment être original? Comment être créatif? Une des meilleures façons que j’ai trouvées est d’écrire quelque idée qui me passe par la tête aussitôt que j’y pense. Les idées dont si éphémères parfois… Non ce n’est pas toujours facile mais ça en vaut l’effort. La deuxième chose à faire est de travailler, d’y mettre les heures. C’est souvent en travaillant que les idées traversent notre pensée ou qu’on réalise ce que l’on aime ou aime moins. Finalement, la meilleure façon d’être orignal est d’être soi-même. Peindre ce que l’aime peindre, écrire à propos de ce que qu’on aime écrire.

Chaque artiste a une voix artistique distincte. Elle peut parfois prendre du temps à émerger, surtout quand on travaille avec d’autres artiste ou quand on est plus concentré à améliorer des techniques, mais éventuellement, la voix se manifestera.

Read Full Post »

Comment commencer chaque jour en mettant la journée précédente derrière soi. Comment aller de l’avant sans souci ni du passé ni du lendemain. Il le faut, c’est la seule façon de découvrir le bonheur et de vraiment vivre à 100% le moment présent.

Comment vraiment commencer la nouvelle journée en se disant que les 24 prochaines heures nous donnent l’opportunité unique de recommencer, de se réinventer, de vivre vraiment en savourant chaque minute. C’est le secret du bonheur. De recommencer chaque jour sans les soucis d’hier, sans les sentiments de frustration qui ont pu nous affecter durant la journée, la semaine, le mois précédents, sans les ressentiments du passé et vraiment regarder son partenaire, sa famille, ses collègues de travail, ses amis et connaissances, avec un nouveau regard dépourvu de bagage négatif malgré le passé.
Faire le vide au fond de soi et ouvrir son regard vers l’extérieur, un regard neuf à chaque matin, un regard frais rempli d’espoir et de joie, de curiosité et d’attente du meilleur qui peut nous être apporté durant cette journée unique qui se présente à nous. Cette journée qui ne se répètera pas, cette journée que nous n’aurons plus jamais l’opportunité de vivre, avec ses circonstances uniques et spéciales.
Vivre la journée en étant ouvert, ouvert aux expériences, sans attente particulière face aux autres, ni face à la vie. Dans un état d’ouverture totale à tout ce qui peut nous pénétrer autant au point de vue cellulaire, atomique, que du point de vue psychique, à tous les sens.
Chaque seconde est faite d’un échange total chimique avec notre environnement. Échange d’air, de liquides, de solides, microscopique et atomique, vibrationnel avec ce qui nous entoure. Vibrations qui donnent beaucoup de renseignements et qui  nous influencent toujours. C’est à nous d’être assez présent pour prendre la décision personnelle de se laisser affecter ou non par ces vibrations, de les rediriger, de les laisser aller, de leur tourner le dos si nécessaire.

Mais chaque jour qui commence dans des circonstances complètement nouvelles même si elles semblent semblables, chaque jour, nous donne une nouvelle opportunité de changer la direction de notre vie, d’augmenter ou de diminuer nos chances au bonheur. Chaque jour nous donne l’opportunité de se réinventer si on veut, d’entreprendre de nouvelles activités, de prendre de nouvelles habitudes, d’en laisser tomber d’autres. Chaque jour étant un renouveau, nous avons la responsabilité de vivre cette journée pleinement pour nous-mêmes et pour les autres. Les décisions d’hier n’ont pas à être revisitées. Celles de demain n’ont pas à nous concerner.

Avec la nouvelle année qui s’approche, ce sentiment de possibilité infinie m’envahit comme à chaque année, ce sentiment qui me donne espoir que rien n’est impossible, qu’il ne suffit que de décider pour que tout devienne possible. Quand j’arrive à cet état, tout stress tombe immédiatement car je sens vraiment que je fais partie de l’Univers et que mes atomes dansent la vibration du monde, de l’univers et qu’à partir de cela, tout est vraiment réalisable.

 État créatif idéal où l’état d’ouverture simple et totale permet aux nouvelles idées de se faire un chemin jusqu’à ma conscience. Il est temps d’écouter.

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :