Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘papillon’

Il y a quelques jours, j’ai terminé  mon merveilleux papillon. Sa création m’a transformée et apporté beaucoup de plaisir. Il me rend heureuse quand je le regarde, les couleurs de la toile me fascinent. C’est ce que je cherche à atteindre quand je peints, ce sens d’émerveillement qui s’empare de moi quand je réalise ce qui est devant nous.

 

La peinture,  la création, l’écriture sans attente, sans demande, c’est alors que les pigments se transforment en émotions, que l’encre livre nos secrets.

 

La larve du monarque (Danaus plexippus)se nourrit exclusivement  de l’asclépiade, une plante herbacée vivace et toxique que l’on retrouve à l’état sauvage au Québec. En se nourrissant ainsi, la larve passe le poison à l’adulte tandis que celui-ci continue d’être friand du nectar. Les molécules de cette plante rend le monarque toxique pour les prédateurs qui l’évitent alors.

 

Repos©2014SuzanneBélair

Repos
©2014 Suzanne Bélair
Huile sur toile, 24 X 30 po

Le monarque est l’un de nos insectes favoris par sa beauté, par ses couleurs et par le mystère de sa migration qu’il entreprend chaque annéepour se rendre à quelques 3 000 km plus au sud, dans les montagnes du centre du Mexique. On croit que le monarque effectue le long voyage car l’asclépiade serait originairement du Mexique et quand la plante a immigré, les papillons ont suivi.  La plante est aussi abondante en Ontario.

 

Selon Parcs Canada (www.pc.gc.ca), les Grands Lacs représentent un obstacle important à la migration des monarques, ces derniers cherchent donc un chemin plus court pour traverser le lac Erié. La pointe Pelée, avec sa forme en entonnoir canalise les monarques vers la pointe où ils attendent des conditions favorables à la traversée du lac (la chaleur et les vents).Les monarques prennent ainsi refuge au parc national de la Pointe-Pelée pendant quelques jours à l’automne avant d’entreprendre la traversée.  S’il fait chaud, ils ne s’arrêtent pas et continuent mais quand il fait froid, ils restent dans les arbres en attente et peuvent alors être observés au plus grand plaisir des amateurs.

 

 

©2014SuzanneBélair

http://www.suzannebelair.com

Publicités

Read Full Post »

Le papillon Morpho menelau, communément appelé Morpho bleu, est endémique aux régions tropicales de l’Amérique latine, qui s’étendent du Mexique à la Colombie.

BattementdAiles

Battement d’ailes
©2012 Suzanne Bélair
Huile sur toile 24 X 30 po

 

Le morpho bleu est un lépidoptère unique. Le dessus de ses ailes est recouvert d’écailles microscopiques qui réfractent la lumière et leur donne cette coloration bleue iridescente uniforme qui ne se dégrade pas. Cette structure sert aussi à aveugler ou à confondre les prédateurs s’ils se présentent. De plus, plusieurs espèces de Morpho ont un vol particulier. Leur est vol rapide et le battement saccadé de ses ailes lui permet d’apparaître et de disparaître dans la forêt, ce qui rend sa poursuite difficile. Le dessous de ses ailes est brun mat avec plusieurs marques en forme d’œil. Quand ses ailes sont fermées, elles offrent ainsi un excellent camouflage contre ses ennemis, soit, les oiseaux, les poissons quand ils s’approchent de l’eau, les araignées et surtout l’humain. Pour se protéger, le Morpho voyage souvent en groupe. S’il se pose sur un tronc, il est impossible de le distinguer de l’arrière-plan.

Quand ses ailes sont ouvertes, leur envergure est de 138 mm (environ 6 pouces) d’une extrémité à l’autre. Il passe la majorité de son temps dans les sous-bois de la forêt tropicale avec ses ailes fermées, mais s’envole vers les strates plus élevées lorsqu’il cherche sa nourriture ou quand il est temps de se reproduire. C’est près des ruisseaux ou dans les clairières qu’on peut l’apercevoir. Il s’accroche sous les feuilles ou sur les branches lorsque la nuit approche. Il vit  environ 115 jours.

Plusieurs croyances sont liées au scintillement de ses ailes et on lui attribue souvent des pouvoirs magiques. Selon les tribus indigènes d’Amazonie, le Morpho bleu surnommé  « le diamant bleu de la forêt vierge »  incarnerait des esprits maléfiques de la forêt. On dit qu’il peut perdre celui qui  le suit dans la jungle à tout jamais.

La particularité de ses ailes en a fait une matière première très recherchée et souvent exploitée à des fins décoratives. De nos jours, cette pratique est de plus en plus rare et plusieurs pays interdisent maintenant la surexploitation de ces précieux papillons, les efforts gouvernementaux étant maintenant orientés vers leur conservation. Celle-ci passe avant tout par la protection et la sauvegarde de leur habitat.

 www.suzannebelair.com

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :