Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘résolutions’

Dimanche était le lancement officiel de la publication « Carnet Résolutions Santé » publié par l’organisme à but non lucratif « Les Publications Plumes et Pinceaux ».

La petite publication nous permet de noter nos bonnes intentions, nos résolutions, nos espoirs, ce que l’on veut améliorer dans notre vie.

Le carnet comprend 54 œuvres de peintres québécois et des textes pour les accompagner dont ceux de certaines Fondations pour la santé physique et mentale. Il comprend aussi une liste extensive de bonnes adresses.

CarnetRS_blogSm

Ma toile « Innocence » se trouve à la page 52 à côté d’une page où nous noterons « Ce que nous désirons ajouter à notre vie ».

Alors que désirez-vous ajouter à votre vie aujourd’hui?

Publicités

Read Full Post »

Nos six sens sont le lien entre ce qui nous entoure et tout ce qui nous habite, nos mondes intérieurs.

Aussitôt que l’un de nos sens détecte un stimulus (que ce soit une odeur, un son, un goût ou autre), un message est envoyé à notre cerveau et une vague de sensations, d’impressions et de souvenirs montent à la surface de notre conscience et déclenche des sentiments de joie et de bonheur ou de peine et de douleur. Presqu’immédiatement, ces émotions prennent le contrôle de notre psyché comme si cette vision du passé était en fait ce que nous regardons en ce moment ou ce que nous vivons à ce moment précis.

Comment contrôler ceci et comment nous assurer que nous accessions des filières, des souvenirs qui nous apportent la joie et des sentiments positifs au lieu d’émotions douloureuses, de souffrance, de peur, de colère et de regret? En utilisant focus et attention.

Notre environnement immédiat joue un rôle primordial dans ce processus. Voici pourquoi il est important d’inclure dans nos vies des gens qui nous plaisent, que nous aimons et des objets que nous aimons regarder, des choses qui sont bénéfiques pour notre corps, notre tête et pour la planète.  

Aujourd’hui, commençons à faire le ménage dans notre environnement physique aussi bien que mental. Commençons à porter attention à ce que nous voulons imprégner dans nos souvenirs, ce que nous voulons retenir de notre expérience sur la terre. Portons notre attention sur le positif et transformons littéralement, pas seulement  ce qui nous entoure, mais nous-mêmes, afin d’avancer tout en créant des connections positives entre nos sens et notre cerveau.

Choisissons de créer des environnements sains pour nous-mêmes, nos enfants, notre communauté, la société et la terre.

Read Full Post »

Eh bien voilà, je reviens de vacances. Trop mangé, trop bu, toute discipline aux 4 vents. Même pas pris le temps d’écrire sur mes observations du Nouvel An… J’ai demandé à plusieurs personnes quelle était leur résolution du Nouvel AN. Est-ce empiéter sur l’intimité des gens que de demander cette question?? Souvent les gens répondent un cliché sans réfléchir : perdre du poids, se mettre à l’entraînement, arrêter de fumer. Pas que ce sont de mauvaises idées. Tout ceci est louable bien sûr. Clichés parce que si commun et qu’ils ne requièrent pas trop de recherche intérieure. Clichés parce que jeté au vent sans penser et sans vraie intention  de passer aux actes. Oui on voudrait bien changer mais il y a une grande différence entre vouloir changer et prendre la décision de changer. D’autres fois, on répond après réflexion seulement ou sur quelque chose qu’on a remarqué au cours des derniers mois, alors qu’on sait que la nouvelle année approche et qu’une introspection plus approfondie a été provoquée. Les réponses sont adans ce cas beaucoup plus réfléchies : « J’aimerais être plus calme quand j’entends des stupidités » par exemple, ou encore : « Je voudrais être capable de mieux accepter les agissements de mes enfants, de mes voisins », « j’aimerais être moins contrôlant, contrôlante ». Hum… Quelle est la différence entre ces souhaits et le vrai changement?

Premièrement, on a besoin d’une stratégie de mise en œuvre, une stratégie pour passer de la parole aux actes. Pourquoi ne pas traiter les bonnes intentions comme on le ferait pour un plan d’affaires, en jetant les grandes lignes de ce qu’on veut en premier, pour ensuite décortiquer comment mettre ces bonnes intentions en pratique? Il n’est pas suffisant de savoir quoi faire. On doit aussi faire ce que l’on sait. J’adore cueillir une foule    d’informations. J’aime tout savoir et comprendre le plus possible ce qui m’entoure mais aussi ce qui se passe à l’intérieur de moi-même. Souvent, je tombe sur de l’information très pertinente quant à quelque aspect de ma personnalité que j’aimerais changer ou améliorer mais il est toujours très difficile de mettre en pratique ce qu’on apprends car c’est souvent en agissant contre notre conditionnement antérieur ou contre nature qu’on réussirait. Il est difficile de penser avant d’agir, surtout quand on est dans le feu de l’action. Il est difficile de prendre du recul, de tourner sa langue 7 fois comme on dit avant de parler. J’ai remarqué que plus on vieillit, plus les résolutions du nouvel an deviennent réfléchies et que le désir de s’améliorer est plus profond. Pourquoi? Ne devrions-nous pas arriver à s’accepter tel qu’on est? À s’aimer soi-même, à s’apprécier? C’est la partie la plus difficile. Beaucoup de gens ont comme résolution d’être plus heureux, mais les moyens d’y arriver demeurent nébuleux. Comment être plus heureux quand on ne sait même pas ce qui nous rend heureux? Le bonheur est un état d’esprit. Quelqu’un peut être très heureux sans posséder quoi que ce soit tandis que d’autres courent après le bonheur toute leur vie sans jamais trouver un moment de paix et de sérénité. Qu’est-ce qui sépare les deux types de personnalité?? Bonne question. Une chose est sûre, certaines personnes doivent travailler plus que d’autres à être heureux. Prédisposition? Peut-être mais il est possible de changer ceci, de se conditionner à être heureux. La première chose à faire est de décider d’être heureux, de se secouer, de ne pas accepter de ne pas être heureux. Ceci peut sembler difficile, même impossible, mais plus on y travaille, plus ça devient facile. Il est possible de se conditionner à être heureux, heureuse. Mais en tout premier lieu, il faut décider qu’on n’acceptera pas de ne pas profiter du cadeau de la vie qu’on a à chaque jour. Il faut décider de vivre chaque jour comme si c’était le plus important de notre vie. Il faut décider qu’on n’acceptera pas de se laisser mener par les autres, ou de laisser les autres influencer notre humeur, notre bonheur. Il faut arrêter de blâmer les autres pour notre malheur et se prendre en charge. Il faut réaliser qu’aussi longtemps qu’on égalera bonheur avec quelque chose d’extérieur à nous-même (je serai heureux, heureuse quand j’aurai plus d’argent, quand j’aurai une nouvelle auto, quand j’aurai quelqu’un qui m’aime, quelqu’un qui m’apprécie, quand je travaillerai ailleurs), le bonheur sera toujours passager parce qu’ultimement, ces situations sont largement hors de notre contrôle. La seule personne qu’on peut contrôler est nous-même. Le bonheur doit donc forcément passer par nous-même. On ne peut contrôler toutes les situations mais on peut contrôler notre réaction aux situations. C’est donc ma résolution pour 2008 : Apprendre à contrôler MA réaction intérieure aux situations et aux gens qui m’entourent dans le but de profiter le plus possible de la vie et de ne pas essayer de contrôler ce qui est hors de mon contrôle de toutes façons… quelle perte d’énergie inutile sinon!

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :