Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘bonheur’

Photo credit: Suzanne Bélair

 

Depuis quelques semaines, ma vie d’écriture / peinture est suspendue, étant temporairement envahie par mes petits-enfants!

 

Quel plaisir et quel privilège de partager leurs journées et leur joie à découvrir tout ce qui les entoure!

 

Tant de choses à voir et à faire quand on a trois ans et demi et 11 mois. On peut voir les neurones de leur cerveau travailler alors qu’ils découvrent le monde et y font leur place. Ils sont conscients, intéressés, stimulés et stimulants!

 

J’aime, j’aime, j’adore les observer regarder les choses et la vie comme ils le font, leur ouverture et leur curiosité, la façon dont l’aîné réfléchit et trouve des solutions, la façon dont la plus jeune admire déjà son grand frère.

 

Les émotions sont intenses autour d’eux, répondre à leurs besoins n’est pas une tâche facile, la vie s’accélère, il n’y a plus de temps pour réfléchir, c’est le mode action par défaut.

 

J’ai déjà oublié ce qui remplissait mes journées avant leur arrivée chez nous samedi dernier. Maintenant, les jours sont remplis par la préparation des aliments, les repas, les histoires, les chants, les rires, les changements de couche, jouer, consoler, enseigner, gronder un peu, observer, profiter de la chaleur et des câlins de ces petits.

 

Cela me ramène au temps où mes enfants étaient jeunes, ces années magiques où chaque minute compte pour quelque chose d’extraordinaire: édifier, influencer, protéger, apporter sécurité et amour à la vie d’un enfant. Y a-t-il une meilleure façon de passer ses journées?

 

Si mon cou, mon dos, mes bras et mes jambes protestent et sont en mode survie, mon cœur est joyeux et heureux!

 

Photo credit: Brian Kinney

 

Les petits ajoutent tellement à ma vie. J’ai l’impression de nager sous une eau douce dans un magnifique jardin coloré rempli d’amour, de rires, de sourires et de larmes. Je sais que je remonterai bientôt à la surface pour un peu d’air mais je ne suis pas certaine de le vouloir. Ils déménageront demain et me manquent déjà.

 

Je les adore énormément et me sens très chanceuse de pouvoir les regarder grandir.

 

 

Avec reconnaissance

 

Suzanne

 

Suivez-moi sur Instagram

Site Web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair

Publicités

Read Full Post »

Il y a trois mois, un petit être extraordinaire est entré dans ma vie. Son arrivée m’a forcée à entrer à l’intérieur de moi-même pour un questionnement toujours plus difficile et angoissant…

20151110-1

A few hours old

 

Amour, inquiétude pour lui, acceptation de sa part, inquiétude pour sa mère, sa réaction face à tout ce qui l’entoure, ma conscience toujours présente de l’impermanence de tout, de la fragilité de la vie, de la fragilité du lien avec sa maman, amour encore, tout cela me hante. Sait-il, sent-il mon amour pour lui, mon désir de protection quand je l’enveloppe dans mes bras? Je pense que oui, car quand il s’endort dans mes bras après m’avoir fixée de son regard déjà si sage, je sais qu’il sait que je l’aime et qu’il sent qu’il peut se reposer sans inquiétude, qu’il est en sécurité.

 

Quand je suis avec lui, mes yeux ne sont pas suffisamment grands pour le regarder, pour capter le moindre regard, le moindre geste. Quand je reviens d’une visite avec lui, il m’habite, il me manque déjà, je pense à la prochaine fois.

 

Présent en moi, est ce grand questionnement concernant son avenir dans un monde où les intérêts économiques et la soif du pouvoir de certains individus, groupes, nations sont plus importants que la survie de notre planète et le bien-être de ses habitants, qu’ils soient humains, animaux ou végétaux. Besoin de protéger le petit et un grand besoin de protéger le bonheur de ma fille, tout est si fragile.

 

Curiosité de voir ce petit être humain se développer, de semaine en semaine et faire son chemin dans les difficultés et les joies de la vie. La réalité de sa grande vulnérabilité me frappe à chaque fois que je le vois, lui, si confiant et dépendant des adultes qui l’entourent.

 

Me frappe aussi la réalisation que la vie d’un bébé est une bataille constante, bataille pour que ses besoins physiques soient remplis, combat pour que ses besoins émotifs soient rencontrés sans pouvoir les exprimer autrement que par le pleur, la moue et probablement la télépathie, lutte pour interpréter ce que les adultes essaient de lui faire comprendre, pour le contrôle de ses mouvements, frustration face à ses limites.

 

La naissance d’un enfant est une grande joie. Avoir un enfant est un geste d’espoir, espoir face à la vie, espoir face à l’avenir, espoir quant à la survie du couple et de l’amour qui les unit. La naissance d’un enfant, est la naissance d’une petite personne avec sa personnalité bien à elle, son tempérament, ses humeurs, ses goûts qu’on se doit de respecter et accepter.

Même si la tête et le cœur amoureux de ses parents sont remplis d’espoir et de rêves, cet enfant a une vie et certaines expériences à vivre qui ne peuvent pas toujours être évitées ou amorties par l’amour et la protection de ses proches.

 

J’essaie de prendre tout cela un jour à la fois et d’être reconnaissante de ce que je reçois. Chaque heure passée avec lui est un cadeau de la vie !

 

www.suzannebelair.com

Read Full Post »

Aujourd’hui  journée spectaculaire- soleil mur à mur même s’il ne fait que -25C (-13F), pas de vent, les oiseaux chantent.

24 heures pour choisir son destin, 24 heures qui peuvent changer le cours d’une vie si je le désire. La chance de vivre, la gratitude de pouvoir observer la nature, tout ceci me remplit ce matin, l’espoir renaît.

Tout  en lisant Richard Rohr et le Tao Te Ching, j’en arrive peu à peu à ma vérité, mon intérieur qui se révèle de plus en plus, les couches de l’égo qui s’effritent sans effort et  tombent de plus en plus.

Le 38è verset du Tao Te Ching est très intéressant  car il parle de la différence entre l’égo versus le Tao, l’âme qui nous habite. Le verset, même dans ses multiples traductions, tente d’expliquer que c’est en agissant de l’intérieur, en s’écoutant  et sans nécessairement s’en rendre compte , sans vouloir ‘’faire preuve de bonté’’ aux yeux des autres ni même à nos propres yeux que tout s’accomplit comme il se doit. La nature essentielle du Tao, de l’esprit qui nous habite est l’unicité même. Cependant, à l’instant où  l’on sait ou qu’on se dit que nous sommes ‘’bons’’, nous introduisons une polarité entre le bien et le mal, la pensée dualistique et perdons  la connexion avec le Tao.

C’est pour cela que le verset 38 dit entre autres :

Quand le Tao se perd, il y a la bonté

Quand la bonté se perd, il y a la moralité

Quand la moralité se perd, il y a le rituel

Le rituel est l’enveloppe de la vraie croyance

Le début du chaos

(Traduction libérale)

 

Certains interprètent que les principes artificiels qui devraient être rejetés d’emblée sont la bonté, l’équité, les rituels, les lois : Un concept contraire à tout ce que l’on entend et tout ce qui nous a été dit. Voici pourquoi : La bonté artificielle est une tentative de vivre en se rassurant que l’on n’est pas ‘’mauvais’’, en laissant les autres décider où on se situe sur leur échelle de bonté. Est-ce qu’on répond à leurs attentes, aux attentes de nos parents, de nos éducateurs, de la société?  Est-ce que l’on démontre une certaine forme de bonté dans le but inavoué d’en recevoir en retour?

 

Tout ce qui est important est de sentir cette flamme intérieure qui nous guide et réaliser que cette flamme est notre lien  à l’ultime, notre lien à la source et à l’univers. Écouter cette flamme et lui faire confiance sans condition. Vivre de plus en plus selon cette voix intérieure et de moins en moins selon les exigences de l’égo. Communier avec les autres êtres vivants qui ont aussi cette flamme, ce Tao, cette vie à l’intérieur d’eux.

 

Silence ©2011 Suzanne Bélair Huile sur toile,  10 X 8 po

Silence
©2011 Suzanne Bélair
Huile sur toile, 10 X 8 po

C’est tout cela que je conçois quand j’entends les petits oiseaux chanter même s’il fait -25C le matin. Ils chantent la vie, le bonheur de vivre, la chance d’être. Ils font partie de moi comme je fais partie d’eux. Nous sommes liés par la même source, le même Tao où toute notion de bien ou de mal ne peut exister.

Read Full Post »

Le temps

Le temps avance inexorablement

Un jour plus loin,

Toujours plus tard.

La seul chose dont nous sommes certains c’est que le jour se couchera ce soir

Et que le jour se lèvera demain

Que ce soit avec ou sans nous

La certitude, c’est qu’un jour, on ne se réveillera pas avec ce nouveau jour

Comment profiter de la journée quand on la commence déjà stressé des tâches à accomplir

Dans les prochaines heures, les prochaines semaines, les prochains mois.

Épuisant de vivre dans le futur.

L’anticipation de l’avenir,

Voleuse du présent,

Voleuse de temps,

Voleuse du bonheur.

9 octobre- Tant à faire

Déjà mes filles ont plus de 30 ans toutes les deux

Où est passé tout ce temps

Regrets de temps perdu

Perdu à quoi?

Perdu pourquoi?

Qui dit perdu sauf moi?

Et perdu selon qui?

Selon quels standards?

Le temps passe, inexorable…

Mieux vaut le vivre pleinement

Mais comment?

Au début de chaque jour,

Il faut prendre un moment pour méditer

Sur ce qui nous passionne

Sur ce que l’on aime,

Il est important de se recentrer

Et puis agir dans cette direction

Afin d’aligner notre vie avec ce que nous aimons

Avec ce que nous sommes

Aujourd’hui, fait au moins une chose que tu aimes

Moi, je vais peindre

Read Full Post »

Nos six sens sont le lien entre ce qui nous entoure et tout ce qui nous habite, nos mondes intérieurs.

Aussitôt que l’un de nos sens détecte un stimulus (que ce soit une odeur, un son, un goût ou autre), un message est envoyé à notre cerveau et une vague de sensations, d’impressions et de souvenirs montent à la surface de notre conscience et déclenche des sentiments de joie et de bonheur ou de peine et de douleur. Presqu’immédiatement, ces émotions prennent le contrôle de notre psyché comme si cette vision du passé était en fait ce que nous regardons en ce moment ou ce que nous vivons à ce moment précis.

Comment contrôler ceci et comment nous assurer que nous accessions des filières, des souvenirs qui nous apportent la joie et des sentiments positifs au lieu d’émotions douloureuses, de souffrance, de peur, de colère et de regret? En utilisant focus et attention.

Notre environnement immédiat joue un rôle primordial dans ce processus. Voici pourquoi il est important d’inclure dans nos vies des gens qui nous plaisent, que nous aimons et des objets que nous aimons regarder, des choses qui sont bénéfiques pour notre corps, notre tête et pour la planète.  

Aujourd’hui, commençons à faire le ménage dans notre environnement physique aussi bien que mental. Commençons à porter attention à ce que nous voulons imprégner dans nos souvenirs, ce que nous voulons retenir de notre expérience sur la terre. Portons notre attention sur le positif et transformons littéralement, pas seulement  ce qui nous entoure, mais nous-mêmes, afin d’avancer tout en créant des connections positives entre nos sens et notre cerveau.

Choisissons de créer des environnements sains pour nous-mêmes, nos enfants, notre communauté, la société et la terre.

Read Full Post »

Comment commencer chaque jour en mettant la journée précédente derrière soi. Comment aller de l’avant sans souci ni du passé ni du lendemain. Il le faut, c’est la seule façon de découvrir le bonheur et de vraiment vivre à 100% le moment présent.

Comment vraiment commencer la nouvelle journée en se disant que les 24 prochaines heures nous donnent l’opportunité unique de recommencer, de se réinventer, de vivre vraiment en savourant chaque minute. C’est le secret du bonheur. De recommencer chaque jour sans les soucis d’hier, sans les sentiments de frustration qui ont pu nous affecter durant la journée, la semaine, le mois précédents, sans les ressentiments du passé et vraiment regarder son partenaire, sa famille, ses collègues de travail, ses amis et connaissances, avec un nouveau regard dépourvu de bagage négatif malgré le passé.
Faire le vide au fond de soi et ouvrir son regard vers l’extérieur, un regard neuf à chaque matin, un regard frais rempli d’espoir et de joie, de curiosité et d’attente du meilleur qui peut nous être apporté durant cette journée unique qui se présente à nous. Cette journée qui ne se répètera pas, cette journée que nous n’aurons plus jamais l’opportunité de vivre, avec ses circonstances uniques et spéciales.
Vivre la journée en étant ouvert, ouvert aux expériences, sans attente particulière face aux autres, ni face à la vie. Dans un état d’ouverture totale à tout ce qui peut nous pénétrer autant au point de vue cellulaire, atomique, que du point de vue psychique, à tous les sens.
Chaque seconde est faite d’un échange total chimique avec notre environnement. Échange d’air, de liquides, de solides, microscopique et atomique, vibrationnel avec ce qui nous entoure. Vibrations qui donnent beaucoup de renseignements et qui  nous influencent toujours. C’est à nous d’être assez présent pour prendre la décision personnelle de se laisser affecter ou non par ces vibrations, de les rediriger, de les laisser aller, de leur tourner le dos si nécessaire.

Mais chaque jour qui commence dans des circonstances complètement nouvelles même si elles semblent semblables, chaque jour, nous donne une nouvelle opportunité de changer la direction de notre vie, d’augmenter ou de diminuer nos chances au bonheur. Chaque jour nous donne l’opportunité de se réinventer si on veut, d’entreprendre de nouvelles activités, de prendre de nouvelles habitudes, d’en laisser tomber d’autres. Chaque jour étant un renouveau, nous avons la responsabilité de vivre cette journée pleinement pour nous-mêmes et pour les autres. Les décisions d’hier n’ont pas à être revisitées. Celles de demain n’ont pas à nous concerner.

Avec la nouvelle année qui s’approche, ce sentiment de possibilité infinie m’envahit comme à chaque année, ce sentiment qui me donne espoir que rien n’est impossible, qu’il ne suffit que de décider pour que tout devienne possible. Quand j’arrive à cet état, tout stress tombe immédiatement car je sens vraiment que je fais partie de l’Univers et que mes atomes dansent la vibration du monde, de l’univers et qu’à partir de cela, tout est vraiment réalisable.

 État créatif idéal où l’état d’ouverture simple et totale permet aux nouvelles idées de se faire un chemin jusqu’à ma conscience. Il est temps d’écouter.

Read Full Post »

La vie n’est pas toujours facile, mais peut être très excitante quand on décide de s’y mettre. Depuis quelque temps, les énergies sont positives, optimistes, stimulantes autour de moi. De retour à une bonne place, j’essaie de comprendre pourquoi les choses changent si radicalement parfois. Et puis je me dis, pourquoi se questionner, on doit passer à autre chose. C’est une leçon de vie qui entre.

J’ai secoué ma léthargie. Je suis de retour « sur le fil ». Créer, penser, méditer, communiquer. Excellent! Commencé une nouvelle série de peintures en novembre sans me rendre compte que ce serait si long et laborieux, mais j’y travaille en même temps que quatre autres projets.

Je travaille aussi à reconnecter avec mon moi intérieur et j’en vois les bénéfices. Nous, les femmes, devons prendre l’engagement de se redécouvrir plus tard dans la vie, quand les enfants sont grands et les exigences de la vie quotidienne sont moindres. Pour la plupart d’entre nous, les années entre 25 et 55 ans sont tellement remplies d’obligations et de choses qui DOIVENT être faites qu’il ne reste plus de temps pour nous-mêmes. Nous les femmes grandissons pour la plupart avec l’idée qu’il faut plaire à tous, même si c’est une impossibilité.

J’ai finalement décidé de cesser de tenter d’accomplir cette tâche. Un soupir de soulagement me traverse quand je pense que c’est OK si je ne suis pas parfaite, que c’est OK de ne pas plaire à quelqu’un. Plus que tout, je veux maintenant être moi-même, sans excuses.
Je le vois tous les jours autour de moi, des gens qui blâment leur mécontentement sur tout, leur carrière ou leur manque de carrière, leurs relations, leur famille, la température, tout sauf eux-mêmes. Ce sentiment de malaise devrait être le catalyseur pour regarder notre vie, pour s’arrêter et penser: Pourquoi est-ce que je me sens de telle ou telle façon en ce moment précis ? Puis, il faut faire quelque chose immédiatement pour changer l’état de fait constaté, prendre une action pour changer ce que l’on sait ne pas être correct, faire une chose pour améliorer notre vie.

Reconnecter avec notre moi intime, notre nature profonde, notre âme, notre for intérieur et avoir le sentiment de vivre exactement selon cette nature profonde est une clé du bonheur.  Cette confiance peut avoir besoin d’être réaffirmée chaque matin, le chemin redessiné, mais cela en vaut la peine.

Abandonne-toi à ta vraie nature. Choisis de te respecter, de respecter tes idées, ta vie, tel que tu le ferais pour ton meilleur ami. Quand on vit selon son moi intérieur, même quand on n’a pas toutes les réponses, la paix intérieure nous envahit.

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :