Feeds:
Articles
Commentaires
20190128_161115

Modèle réduit du pont Japonais au Musée de Hoî An
Scale model of the Japanese bridge at Hoî An museum
Photo ©Suzanne Bélair

 

Nous voici à Hôi An, une ville classée Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1999. Ceci lui confère certains avantages, entre autres, plusieurs rues deviennent piétonnières à partir de 15 heures jusqu’en soirée. Il est aussi interdit de fumer dans l’enceinte de la ville, mais si un touriste allume une cigarette sur une terrasse, c’est le restaurateur qui paie l’amende. Les serveurs refusent alors de servir le client qui est vite envoyé dans la rue.

 

 

Pour notre première pleine journée à Hôi An, nous avions planifié un cours de cuisine vietnamienne au Red Bridge Restaurant & Cooking School. Après un thé de bienvenue et la rencontre du groupe, nous avons suivi la cheffe au marché local où nous avons pu constater qu’ici, tout est différent de ce qu’on a déjà vu.

 

 

20190128_102807

Comptoir de boucherie
Butcher counter
Photo ©Suzanne Bélair

 

20190128_102607-sm

Comptoir de boucherie
Butcher counter
Photo ©Suzanne Bélair

 

20190128_102103-sm

Comptoir de boucherie
Butcher counter
Photo ©Suzanne Bélair

 

Il faut dire que dans chaque ville, le marché local est différent et a une ambiance bien distincte. On nous a expliqué qu’il n’y a que trois familles de bouchers à Hôi An et bien qu’il y ait de nombreux étalages de viande et de produits à base de viande, ils appartiennent tous aux trois mêmes familles qui y travaillent. Tout est très frais, les poissons sont apportés le matin même et il assez facile de vérifier la fraîcheur en regardant les yeux. J’étais contente de porter mes espadrilles plutôt que mes sandales car le sol de béton était inondé près des comptoirs bas des poissonniers avec les eaux de ruissellement provenant des poissons qui sont constamment rincés pendant la coupe des pièces et le filetage.

 

20190128_102109

Comptoir de poissons au marché
Fish counter at Market
Photo ©Suzanne Bélair

 

Après une courte promenade en bateau sur la rivière Thu Bon vers le site de l’école de cuisine, la cheffe nous a fait visiter les jardins d’herbes aromatiques où nous avons goûté à la menthe, la coriandre, le basilic vietnamien, la laitue, l’herbe amère et la citronnelle, puis elle nous a donné une démonstration de cuisine. Ensuite installés à de longues tables et avons commencé à cuisiner sous le regard attentif de plusieurs cuisiniers. L’activité s‘est terminée par un bon repas composé en partie de nos créations additionnées de délices locaux.

 

Retournés dans la vieille ville en mi-après-midi, nous avons continué notre visite des maisons patrimoniales, certaines d’elles habitées par les descendants des propriétaires originaux, des pagodes et des halls d’assemblée. Les maisons ont été conservées et restaurées et plusieurs meubles d’époque avec insertions de nacre peuvent y être admirés. L’architecture est un mélange d’influences japonaise, chinoise et vietnamienne.

 

20190128_104932

La rue Phan Chu Trinh street
Photo ©Suzanne Bélair

 

Nous avons marché jusqu’au musée de Hôi An (Centre pour l’héritage culturel, gestion et préservation) qui vaut la peine d’être vu. Il y a une terrasse sur le toit qui donne une vue splendide de la ville.

 

20190128_165606

Hall d’assemblée Phuc Kien
Phuc Kien Assembly Hall
Photo ©Suzanne Bélair

 

À noter qu’Hôi An est la place où les tailleurs peuvent faire des vêtements et des souliers sur mesure en 24 heures. La dernière journée, nous avons même découvert que si l’on commande le matin, les vêtements peuvent être prêts en fin d’après-midi, si on est disposé à se soumettre aux mesures et ajustements dans le courant de la journée. Nous avons préféré marcher dans la ville et revisiter le marché pour en découvrir les kiosques extérieurs et les sections inexplorées de l’intérieur.

 

20190129_154246-sm

Le marché central, kioskes extérieurs colorés où on trouve de tout
The central market, colourful oudoors kiosks where you find everything
Photo ©Suzanne Bélair

 

Sur la rive sud de la rivière Thu Bon, il y a un marché en soirée qui fourmille de gens locaux. La bouffe de rue, la musique, les restaurants et les bars, rendent l’atmosphère festive.

 

20190127_210247-sm

Bouffe de rue au marché du soir
Street food at the evening market
Photo ©Suzanne Bélair

 

20190127_205430-sm

Magnifiques lanternes à vendre
Beautiful lanterns for sale
Photo ©Suzanne Bélair

Ce qui m’a le plus impressionné de Hôi An : Les lanternes multicolores sont partout, dans les rues le soir, c’est absolument magnifique. Elles sont accrochées sur les bateaux qui font la navette sur la rivière Thu Bon. Elles décorent aussi le pont qui traverse vers la rive sud. Il y a beaucoup de dragons chinois dans les décorations des fontaines, dans les maisons, sur les toits. Le dragon chinois symbolise la continuité, la puissance, la stabilité et prospérité et est omniprésent à Hôi An.

 

IMG_20190127_155550

Fontaine décorée de multiples dragons
Dragon decorating a fountain
Photo ©Suzanne Bélair

 

Plusieurs maisons ont été transformées en boutiques, beaucoup d’entre elle similaires, ce qui est un peu décevant. Par contre, l’architecture et l’historique de ce port de commerce, hyper important du 16e au 18e siècle, valent la peine d’être explorées.

 

La prochaine étape sera la célèbre Saigon, maintenant nommée Ho Chi Minh Ville.

Suzanne

 

 

Suivez-moi sur Instagram

Site web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair

Publicités

Après Hue, c’est vers Da Nang que nous nous sommes dirigés, la troisième ville en importance au Vietnam, appelée « Ville des ponts » à cause de ses 9 ponts. Nous nous sommes arrêtés à Lang Co, un petit village de pêcheurs où nous avons découvert que les pêcheurs réutilisent les vieux pneus. Ils les coupent sur l’épaisseur, les jettent à l’eau et les moules s‘y attachent. Ils n’ont plus qu’à sortir les pneus de l’eau et récolter les mollusques. On nous a dit, qu’ici au Vietnam, 80% de la population est soit fermier soit pêcheur.

 

Les pêcheurs détachent les moules de pneus
Fishermen harvesting mussels from tires
Photo ©Suzanne Bélair

 

Nous avons manqué le fameux col de Hải Vân, privilégiant  le récent tunnel sous la montagne beaucoup plus court et rapide, étant donné la pluie et le brouillard de la journée qui nous empêchaient d’apprécier les paysages. Les scooters sont interdits dans le tunnel mais un autobus fait la navette pour ceux qui veulent le traverser. Ont-ils un autre scooter qui le attend de l’autre côté?

 

Arrivés à Da Nang, nous avons visité le musée de sculptures Cham, qui abrite la plus grande collection au monde de la sculpture Cham (indigènes du Vietnam et Cambodge avec un royaume indépendant du 2e au 17e siècle après JC et dont la culture est fortement influencée par celle de l’inde).

Bas-relief du temple Cham
Cham temple bas relief
Photo ©Suzanne Bélair

 

Sculpture Cham- l’Éléphant représente la sagesse dans la culture Indienne
Cham sculpture – The ELephant represents Wisdom in Indian culture
Photo ©Suzanne Bélair

 

Da Nang est une ville moderne. Ici, les fils électriques sont souterrains et le WiFi est gratuit pour tout le monde. Il n’est pas permis de vendre des billets de loterie ou des journaux dans les rues et il y a des endroits pour les sans-abri. Partout où nous allons, nous voyons des bonsaïs oranges. Avec la nouvelle année qui arrive, tout le monde veut en avoir un devant sa porte pour apporter chance et bonheur dans la nouvelle année. Partout, nous voyons les gens transporter les kumquats sur leur scooter. Ils sont dispendieux pour les Vietnamiens, les gens choisissent souvent d’en louer un pour les vacances et ils le rapportent  au producteur après les fêtes.

 

Le musée est situé près du pont dragon qui enjambe la rivière Hàn. Le pont a été construit en forme de dragon et crache le feu et l’eau chaque samedi et dimanche soir à 21h00.

 

Le pont Dragon
Dragon bridge in Da Nang
©Suzanne Bélair

Nous nous sommes arrêtés dans un entrepôt de sculptures de marbre immenses, et où nous sommes restés estomaqués devant la qualité, la quantité et la variété de sculptures. Il y a plusieurs de ces entrepôts le long de la route. Ici c’est le marbre, plus au nord, ce sont les peintures laquées ou de soie et les vêtements. Le gouvernement engage des handicapés ou des victimes de l’agent orange pour y travailler à la main sur les œuvres d’art.

 

Les immenses statues de marbre
Huge marble statues
Photo ©Suzanne Bélair

 

Puis nous avons rejoint les montagnes de marbre. Comme leur nom l’indique, ces formations rocheuses sont en marbre et comprennent plusieurs cavernes abritant une série de sanctuaires dédiés à Bouddha et à Confucius. Encore une fois, absolument magnifique, mais certains endroits sont très mouillés à cause de l’eau qui dégoutte des plafonds. Il faut être prudent lorsqu’on descend ou que l’on monte dans certaines des zones moins accessibles pour voir les statues car les escaliers sculptés à même le marbre sont glissants.

 

Lady Bouddha at Marble Mountains
Photo©Suzanne Bélair

 

À l’intérieur de la Montagne de Marbre, une des alcôves
One of the alcoves inside Marble Mountain
Photo ©Suzanne Bélair

 

Dragons multiples, Montagne de Marbre
Multiple dragons at Marble Mountain
Photo ©Suzanne Bélair

 

Enfin arrivés à Hoi An! Après un bref arrêt à l’hôtel pour laisser les bagages, et un lunch rapide, nous avons fait une visite guidée à pied de la vieille ville : Le fameux pont couvert japonais, symbole national du Vietnam, que l’on retrouve sur les billets de 20 000 dôngs, avec sa paire de singes sculptés à un bout et de chiens à l’autre bout, pour représenter les années de construction, le tailleur Yaly, la ferme de vers à soie et les multiples œuvres d’art patiemment tissées à la main par les artisans avec la soie récoltée puis teinte, la visite de nombreuses maisons, pagodes et temples. À un moment donné je me suis sentie complètement saturée et nous nous sommes arrêtés pour la journée.

 

Envers du billet de 20 000 dôngs qui illustre le pont japonais
One side of the 20 000 dôngs note illustrating the Japanese bridge

 

Demain, nous aurons bien le temps d’explorer Hoi An !

 

 

Suivez-moi sur Instagram

Site web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair

Après notre croisière dans la baie de Halong nous nous sommes dirigés vers l’aéroport pour se rendre à Hue. Nous nous sommes arrêtés en chemin dans un village de fermiers.

 

Rizière
Rice field
Photo ©Suzanne Bélair

 

Les travaux dans les rizières
Rice field work
Photo ©Suzanne Bélair

 

Le Vietnam est le deuxième producteur de riz au monde et partout les rizières sont présentes. Dans le nord, il y a deux récoltes par année tandis que dans le sud, c’est trois à cause du climat encore plus propice. Le village dans lequel nous sommes arrêtés était typique. Nous avons marché le long des rizières que surplombaient les montagnes et visité le cimetière avec ses monuments élaborés en honneur des ancêtres décédés. Nous avons appris que dans le Nord, ils déterrent les morts à tous les trois ans pour ré-enterrer ensuite les restes afin de réduire l’espace et permettre d’ajouter des membres de la même famille sur le terrain.

 

Les monuments dans le cimetière
Monuments at the cemetery
Photo ©Suzanne Bélair

 

Nous sommes arrivés à Hue tard en soirée, notre hôtel étant situé sur une des rues (Pham Ngu Lao) du quadrilatère qui devient piétonnier après 18 heures, il y avait beaucoup d’action. On dit de Hue que c’est l’un des centres culturels et historiques les plus importants du Vietnam.

 

Bateaux dragon sur la rivière de parfum
Dragon boats on perfume river
Photo ©Suzanne Bélair

 

Le lendemain matin, nous avons marché jusqu’à la rivière de parfum  (Song Huong) pour prendre un bateau décoré de dragons. Ces bateaux font la navette entre la ville et la pagode Thien Mu, la plus ancienne de Hue, bâtie en 1601, où les jeunes moines sont formés. Les jardins sont tellement beaux avec les bonsaï. Nous avons continué vers la Citadelle, cité  impériale, site désigné patrimoine mondial de l’UNESCO en 1993, absolument extraordinaire même si certains édifices ont été endommagés pendant la dernière guerre et celles d’Indochine. Beaucoup de travaux de restauration sont  en cours.

Dans l’enceinte de La Citadelle, Temple The To Mieu dédié aux 10 empereurs de la dynastie Nguyen
The To Mieu temple dedicated to 10 emperors of the Nuguyen dynasty
Photo©Suzanne Bélair

 

Dans la cité impériale
Within the Imperial city
Photo©Suzanne Bélair

 

Nous avons continué notre journée avec la visite du mausolée de Minh Mang. Ce complexe est l’un des plus impressionnants des sept tombeaux royaux des empereurs de la dynastie Nguyen avec ses lacs, jardins et édifices élaborés.

L’opulence des jardins dédiés à Minh Mang
Opulence of gardens dedicated to Minh Mang
Photo ©Suzanne Bélair

 

La tombe de Minh Mang est derrière cette porte
Minh Mang tumb is behind this door
Photo ©Suzanne Bélair

 

Hue est une ville vibrante où nous avons senti la joie de vivre partout où nous sommes allés. Le karaoké y est très populaire, surtout chez les jeunes hommes, et  le souvenir de la guerre des années 60-75 est omniprésent comme partout au Vietnam d’ailleurs. Les cafés de Hue en sont témoins, avec leurs meubles et décorations faits de reliques de la guerre.

Rue dédiée aux bars à Kareoké à Hue
Street of Kareoke bars in Hue
Photo ©Suzanne Bélair

 

Kareoké dans la rue à Hue
Kareoke in te street in Hue
Photo ©Dan Fafard

 

Reliques de guerre recyclées en décorations rue Pham Ngu Lao
War relics recycled as decorations on Pham Ngu Lao Duong
Photo ©Suzanne Bélair

 

Reliques de guerre recyclées en décorations rue Pham Ngu Lao
War relics recycled as decorations on Pham Ngu Lao Duong
Photo ©Suzanne Bélair

 

À voir aussi, le marché local Dong Ba très occupé en début de journée, mais plus tranquille en après-midi.

Marché local Dong Ba sur la rive nord de la rivière de parfum
Dong Ba local market on the north shore of Perfume river
Photo ©Suzanne Bélair

 

Marché local Dong Ba sur la rive nord de la rivière de parfum
Dong Ba local market on the north shore of Perfume river
Photo ©Suzanne Bélair

À suivre…

 

Suivez-moi sur Instagram

Site web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair

 

 

 

Bien ça y est,  je suis de retour dans le studio depuis une semaine !

 

La semaine dernière, j’ai fini ma toile « Le Dégel » qui traînait depuis presque un an.

 

Le dégel / The Thaw
Acrylique sur toile 30 X 30 in (76 X 76 cm)
©2019Suzanne Bélair

 

La voici après toutes ses transformations. Passée de forêt de feuillus à une bande de conifères, les nuages cachent des oiseaux annonçant la venue de l’été.

 

Ceci est la dernière de ma série de forêts contemporaines. Pour nous des pays nordiques, le dégel du printemps est un temps attendu et très apprécié puisqu’il signifie le retour du temps plus doux. Enfin le printemps se pointe le nez!

 

J’ai souvenir de jouer sur le bord de la rue quand la neige se mettait à fondre. Ma mère nous habillait chaudement et pendant qu’elle pelletait la neige du terrain pour la lancer dans la rue en pelletées minces, pour que les voitures l’écrasent et la fondent encore plus vite, elle nous encourageait à suivre les rigoles qui s‘échappaient d’en dessous les piles blanches des terrains et dégoulinaient du trottoir.

 

Armées de bâtons et de cuillers, nous grattions la neige et la glace accumulée en dessous pour faire un chemin à l’eau vers la bouche de canal de la rue.

 

Les bottes de caoutchouc dans l’eau, que d’heures nous avons passé à jouer dans l’eau comme ça, rituel du printemps que ma sœur et moi attendions avec impatience aussitôt que le soleil se réchauffait. Le gargouillis de l’eau sous la glace nous fascinait, de même que l’odeur de la fonte.

 

En forêt, ce sont les ruisseaux qui se mettent à courir de plus en plus bruyamment quand arrive le printemps. Ils dévalent les montagnes et se fraient un chemin érodant la glace qui s‘accroche aux rives et parfois en surface, pour rejoindre les tributaires qui arrivent aux lacs. Il n’y a rien de plus beau que le bruit de l’eau au printemps, son magique qui en exprime tellement. Signal pour les oiseaux, les petits mammifères et les insectes qu’il est enfin temps de s‘activer un peu plus, qu’il est grand temps de laisser la vie reprendre son cours.

 

J’adore le printemps et le dégel et j’ai bien hâte qu’il arrive ici!

 

 

Suzanne

 

Suivez-moi sur Instagram

Site web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair

 

Voilà que je suis revenue du Vietnam après un super séjour de 24 jours complètement immergée dans la culture et l’histoire de ce merveilleux pays!

Hanoi, Vietnam
Photo ©Suzanne Bélair

J’écris beaucoup plus en anglais depuis quelques mois et je vous invite à consulter mon blogue en anglais ici : https://enviroart.wordpress.com

 

Pour ce billet, j’ai pensé vous partager une photo qui pour moi résume chaque place que nous avons visité, mais finalement, il m’est impossible d’en choisir seulement une.

 

Notre voyage nous a fait traverser le pays du Nord au Sud et chaque endroit avait sa saveur bien particulière.

 

Inutile de dire que je n’ai eu aucun moment pour peindre ou dessiner pendant ce séjour très rempli.

 

Nous avons commencé par Hanoi qui se trouve être la plus ancienne et une des plus belles capitales de l’Asie du Sud-Est. Notre hôtel était au cœur de la vieille ville historique qui date de 600 ans, sur la rue Hang Dao et à deux pas du lac Hoan Kiem sur les bords duquel les gens se réunissent à toute heure du jour pour pratiquer le tai chi. Ce qui m’a le plus impressionnée de cette ville est la bouffe de rue à partir de 7h le matin jusqu’à 8h du soir, l’activité constante, la circulation absolument chaotique, les scooters qui vont dans tous les sens, les centaines de fils électriques raccordés n’importe comment, les couleurs et les odeurs typiques, fortes, envoûtantes. À voir absolument, le musée Ho Chi Minh, la vieille ville, le temple de la littérature et les nombreuses pagodes.

Bouffe de rue sur Hang Dao Duong
Street food on Hang Dao Duong
photo ©Suzanne Békair

 

Photo ©Suzanne Bélair

 

Les Temples
Offrandes / Offerings
Photo ©Suzanne Bélair

 

La circulation à Hanoi
Traffic in Hanoi
Photo ©Suzanne Bélair

 

La deuxième étape était une croisière dans la baie d’Halong, patrimoine de l’Unesco et spectaculaire avec ses pics ou affleurements de calcaires et dolomite (plus de 2000) qui ‘élèvent au-dessus de la mer. La baie d’Halong fait 1500 km carrés et vaut la peine d’être vue.

Baie d’Halong, Vietnam
Halong Bay, Vietnam
Photo ©Suzanne Bélair

À suivre…

 

Suivez-moi sur Instagram

Site web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair

 

Best wishes

As we are approaching Christmas, I am sitting here in a real winter wonderland

It is snowing a soft, fine, noiseless snow.

No wind to disturb what lands in the trees as the light wants to pierce through

Enjoy the moment

Have a peaceful loving Christmas

Enjoy every minute spent with family and friends

These moments are precious

Build happy memories

With Love

Suzanne

« Complicité »
©2018 Suzanne Bélair
Oil on canvas 12 X 12 in / 30.5 X 30.5 cm

En novembre, lorsque j’ai participé à l’exposition Square, j’ai peint une toile représentant deux cardinaux perchés sur une branche de vinaigrier.

 

Cette peinture était à la demande de mon amie qui voulait l’offrir en cadeau à son conjoint.

 

Quand sa sœur a vu le tableau, elle en est tombée amoureuse et en voulait un semblable. Puisque je ne fais pas de copies, elle m’a demandé de lui faire une nouvelle toile différente mais incluant des oiseaux.

 

Cette personne est très dynamique et vibrante et j’ai voulu que sa peinture communique ce fait.

 

Voici le résultat et j’en suis très contente.

 

Nous voyons souvent des cardinaux près de notre maison et ce sont de très beaux oiseaux. Dans la nature, ils vivent environ 15 ans. Les mâles arborent la couleur rouge vif qui est la clé de leur succès d’accouplement, le plus brillant, le mieux, alors que le plumage de la femelle est brun-roux ou gris. Les paires s’accouplent pour la vie et les mâles nourrissent leurs partenaires lorsqu’elles couvent leurs œufs – habituellement trois par saison. C’est aussi un comportement que les mâles répètent pour renforcer le lien avec la femelle qu’ils nourriront de bec à bec après avoir collecté la nourriture.

 

J’aime peindre les oiseaux même s’ils sont difficiles à rendre et j’aime leur donner de la personnalité.

 

 

Suivez-moi sur Instagram

Site web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair

%d blogueurs aiment cette page :