Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Vie’ Category

Ce matin, toc toc toc sur la gouttière, j’ai pensé qu’un pic bois envoyait son signal territorial mais je ne le vois pas. Un grand geai bleu se retrouve dans l’arbuste tout près! Surprise ! Les geais bleus sont très actifs et vocaux ce matin…

Ah bon, je viens de les apercevoir, c’est toute une famille de pics maculés dans la pruche du milieu. Ils volent d’un arbre à l’autre et se suivent dans une danse ailée.

Ils jouent, se pourchassent, vocalisent, se suivent de plus en plus vite virevoltant entre les arbres, d’un tronc à l’autre, ils se posent pour un court instant, remontent le tronc puis l’envol reprend. Excitation pour ce beau soleil peut-être. La course s’accélère entre les troncs puis entre les troncs et la maison. Toute cette joie matinale des jeunes pics en cette journée ensoleillée devient contagieuse. Ils sont fascinants!

Puis le bruit! Il y en un qui vient de frapper la grande fenêtre de plein fouet tandis que l’autre l’a évitée de justesse en tournant à la dernière minute. Le premier est projeté sur son élan et aboutit à 16 pieds de l’impact, sur le bois de la galerie.

Ses ailes ouvertes, il est sonné mais survira, ses yeux ouverts, il attend de se remettre. Sa tête est appuyée sur le bois mais assez rapidement, il la remonte. Ses amis dans les arbres autour l’appellent, l’encouragent, vocalisent de plus en plus fort, pour me faire peur peut-être, moi qui vient de sortir avec ma caméra.

Je lui parle d’une voix rassurante au petit blessé, je lui flatte doucement le dos, il ne tremble pas, il n’a pas peur de moi.

Je surveille le petit, c’est qu’il y a un chat qui rode toujours aux alentours. Après quelques minutes, il referme ses ailes sur son corps.

Encore un peu de temps et il ouvre ses ailes pour les remettre contre son corps tout en se remettant sur ses pattes sans se lever toutefois, puis sa tête tourne d’un côté et de l’autre.

Il me regarde, il regarde vers les arbres, il se demande s’il pourra prendre son envol, il se prépare, il y croit. Ça y est, il décolle et retourne à la sécurité de sa pruche préférée. Quelle aventure pour ce jeune pic par un mardi matin ensoleillé!

Animation du petit pic maculé avant son envol

Ses amis et lui sont maintenant calmes et s’envolent tout doucement.

Tout redevient silencieux. Le soleil est maintenant plus haut et plus chaud, tous vaquent à leurs occupations. Le petit pic a eu toute une frousse!

©2017 Suzanne Bélair photos et texte

Site web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair
 

Publicités

Read Full Post »

Golden Watch
©2017 Suzanne Belair
Acrylic on canvas 30 X 30 in

 

 

Dans un coin

Une chaleur dorée surveille

La forêt et ses habitants

Pas de crainte

Il y a protection

Pour tous vivant à l’intérieur

De ses limites

Tant qu’ils se soumettent

Aux lois de la nature.

 

©2017 Suzanne Bélair

 

 

Site web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair

 

 

Read Full Post »

Forest travels by Suzanne BelairForest travels
©2017Suzanne Belair
Acrylic on canvas 30 X 30 in

 

Pour ceux et celles qui lisent en anglais, un nouveau billet vient d’être publié sur cette toile. Suivre le lien:

https://enviroart.wordpress.com/2017/03/11/painting-of-the-week-forest-travels/

 

Merci !

 

 

Read Full Post »

2017-01-18

Je suis au lac aujourd’hui

C’est le matin, tout est tranquille dans la maison, mon conjoint dort encore

Moment paisible

Je commence l’infusion du café. Bientôt l’arôme emplira la maison.

Je m’assoie à la table à manger faisant face au lac.

Le soleil se lève lentement transformant la glace bleutée du lac, amenant du jaune sur la surface brillante, du rose aussi

La partie ombrée demeure bleue et froide

Le ciel se transforme

Les grands végétaux et la colline cachent sa montée sur la droite

Jusqu’à ce qu’il apparaisse entre les arbres encore très bas

D’abord point brillant, aveuglant

Rayons qui veulent contourner les troncs

Les minutes s’écoulent lentement et je regarde le spectacle

Doucement, les jaunes arrivent aux cimes des arbres tandis que plus bas, seulement quelques rayons de lumière s’infiltrent entre les branches touffues des pruches

Moment magique et silencieux, j’en fais partie, privilégiée, émerveillée

Le soleil n’a pas encore rejoint la maison, ne m’as pas encore rejointe

Mais je sais qu’il s’en vient

Question de temps

Question de patience

Les verts se réchauffent là-bas derrière

La neige est grisâtre cette année

Beaucoup a fondu pendant le redoux

Il y a de petites branches, des petits débris parsemés partout sur le dessus

Le vent les y a amenés, tombés des grands arbres

Aiguilles, branches, écorces, la nature, la vie

Ici et là, un arbuste aux feuilles qui ont refusé de tomber pour la saison froide

Elles s’accrochent, résistantes, presque toutes dénuées de couleurs, beiges

Ça y est, le soleil monte un peu plus

Il arrive sur mes murs

Le lac gelé, encore transformé

On peut reprendre son souffle, le spectacle est terminé

Une fois de plus, la vie continue

Le café est prêt

©2017 Suzanne Bélair texte et photos

Site web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair

Read Full Post »

Justin photo:©2017SuzanneBélair

Petit corps mystérieux

Que de questionnements face à cette machine incroyable

Face à ce système de systèmes

Besoin de coordination, de soins, de nutrition

Effets à court et à long terme des perturbations

Questionnement

 

Petit être tout nouveau, tout curieux, tout mystérieux.

Petit corps fragile… toujours si fragile.

Équilibre délicat

Confiance à la vie

Questionnement…

 

Un an déjà

L’extérieur est perçu

L’intérieur est interprété

Appétit, sourires, développement, indices

Maladies, bactéries, virus, silencieux, sournois, invisibles

J’ai peur

 

Petit amas de cellules, disposé si parfaitement

Petit corps mouvant, tout doux

Colonne vertébrale, omoplates, muscles,

Les yeux, intelligence, pensée

Questionnement

 

Vaisseaux sanguins, système immunitaire

Digestion, excrétion

Déjà tu veux pousser tes limites

Nouveau, apprendre

Déjà tu veux contrôler

Questionnements

 

Amour, pleurs

Je veux, je veux, j’aimerais, besoin

À un an comme à trente, comme à cinquante

La même chose

Questionnement

 

Amour, amour, protection

Perfection, petits doigts

Réconfort, je t’aime

Malléable, flexible

Besoin d’amour, je t’aime

 

©2017 Suzanne Bélair – texte et photo

 

Site web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair

Read Full Post »

Meilleurs Voeux !

Microsoft Word - 2016-voeux-noel.doc

 

Read Full Post »

Ma tante Yvette

Il y a quelques jours, ma tante Yvette est décédée. C’est son service commémoratif  aujourd’hui et cela m’est impossible d’y aller. J’en suis très attristée.

Yvette et Paul en 1983

Yvette et Paul en 1983

 

Étrange, j’ai rêvé à elle ce matin, comme si elle venait me visiter. J’ai rêvé qu’elle était, avec beaucoup d’autres personnes de la famille, des cousins, cousines, dans une fête où on avait décidé de s’échanger des cadeaux.

 

Elle m’avait apporté un présent qui comprenait une étagère, avec toutes sortes de vaisselles dépareillées mais belles en fine porcelaine blanche et décorée de roses rouges, des plats de service, des tasses, une théière. L’étagère était en vitre et sur chaque tablette, de la vaisselle et une petite table remplie aussi. Elle était tellement contente de me donner cela. Et moi qui n’en voulait pas, qui me demandait où je pourrais bien mettre tout ça et comment apporter tout cela chez moi. Comment lui dire que je n’en voulais pas?

 

Dans mon rêve, elle venait de perdre son Paul, son amoureux, son complice depuis leur rencontre et leur mariage dans les années 50. Dans mon rêve, elle souffrait en silence de son absence, elle était courageuse et participait à la fête malgré tout car il faut bien vivre et continuer.

 

Dans mon rêve, elle est sortie à l’arrière de la maison et je l’ai suivie pour lui parler. C’était la pénombre en été, pas tout à fait nuit. Elle portait une robe beige. Je l’ai prise dans mes bras et nous nous sommes serrées longuement « C’est vrai, tu viens de perdre mon oncle Paul », une longue étreigne d’amour et de partage.

 

Je n’ai pas eu l’occasion de la voir souvent, ma tante Yvette. Pendant qu’on grandissait, elle était bien trop occupée avec ses neuf beaux enfants qu’elle adorait et ils restaient loin. Ce n’était pas facile d’organiser toute la famille pour sortir. Nous la voyions à l’occasion du jour de l’an et peut-être une autre fois pendant l’année.

 

Plus tard, elle m’envoyait toujours une carte à Noël et s’informait de mes enfants, de ma vie, de Solange. Ça l’attristait qu’on ait perdu notre maman si jeune. On s’appelait et on parlait, pas toujours très longtemps mais ceci me laissait toujours avec un sentiment de calme et de bien-être. Elle se préoccupait des autres, s’en souciait vraiment. Aucun faux-semblant avec cette femme vraie.

 

J’ai souvenir d’une femme douce et aimante, une femme forte qui a encaissé les épreuves avec courage. Je l’aimais beaucoup et  je suis triste qu’elle soit partie. Je suis triste pour sa famille, mes cousins et cousines qui ont vu sa santé se détériorer.

 

Je pense quand même qu’elle a eu une belle vie. Repose en paix ma tante. Je t’aime.

 

 

Site web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair

 

 

 

 

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :