Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘bonheur’ Category

Avez-vous déjà remarqué comment les choses disparaissent parfois?

 

Hier, je passais devant la banque et j’ai décidé de récupérer de l’argent. Je garde généralement un petit sac à main dans mon grand sac à main. Quand je fais une course, j’aime bien ne prendre que le plus petit pour me sentir plus libre de mes mouvements. Je laisse alors le plus gros derrière.


Quoi qu’il en soit, je pensais que ma carte de débit était dans ce petit sac à main, c’est donc celui que j’ai pris avec moi. Tout en sortant et en verrouillant la voiture, mes doigts cherchaient déjà la carte que je garde dans sa propre pochette de protection. Marchant rapidement, je touchais diverses cartes, mouchoirs, notes et monnaie, tout en réalisant que je ne pouvais pas sentir la pochette distinctive. Ennuyée, j’ai arrêté de marcher et regardé à l’intérieur de ma petite sacoche jusqu’à ce que j’en aie tout sorti. J’ai dû me rendre à l’évidence que la carte de débit n’y était pas.

 

Tout en surveillant si des voitures reculaient, je suis retournée à mon auto et vérifié le compartiment à fermeture éclair de mon grand sac à main. Elle n’y était pas. Porte-monnaie? Après avoir vérifié 3 fois plutôt qu’une, j’ai constaté qu’elle n’y était pas non plus.

 

Contrariée, je suis remontée dans ma voiture et rentrée chez moi, pensant que la carte devait être quelque part dans la maison… sur la table, dans la garde-robe, une poche peut-être. J’ai repensé aux jours précédents. Une autre semaine bien remplie… Je me suis souvenu avoir utilisé la carte au magasin d’art quelques jours auparavant. Je croyais me rappeler d’avoir mis les cartes et le reçu dans la poche de mon manteau noir.

 

Quand on perd quelque chose, notre esprit tente de reconstruire le passé. Mais les souvenirs ne sont pas toujours totalement fiables. Nous menons une vie tellement distraite qu’il nous manque toujours des informations.

 

Je suis rentrée à la maison et j’ai vidé mon sac au complet mais en vain. J’ai fouillé la maison, les poches de mes manteaux et pantalons, le bureau, même le garage (je l’ai peut-être mise quelque part et ne m’en souviens pas). J’ai ouvert l’ordinateur et vérifié mon compte de banque : Aucune transaction depuis celle dont je me souvenais lundi, ce qui m’a rassurée. J’ai arrêté de chercher après deux heures.

 

Tout cela m’a fait penser aux choses qui disparaissent et à quel point cela semble toujours étrange.

 

Une fois, nous sommes revenus d’une fin de semaine de vacances pour constater que notre fille avait organisé une fête à la maison. Un mois plus tard, mon fils voulait porter sa croix gravée que je gardais pour lui dans mon tiroir. J’ai été surprise et très contrariée de réaliser qu’elle avait disparu du bureau de ma chambre à coucher. Je l’ai cherchée pendant six mois de plus, refusant de croire qu’un invité du party avait fouillé mes affaires et volé la propriété de mon fils. Je me suis sentie coupable de l’avoir perdue et j’y pense encore 20 ans plus tard…

 

Une autre fois, pendant que je faisais du ménage dans une table de nuit, j’ai réalisé qu’une photo très précieuse n’y était plus. Faisons-nous des choses sans s’en rendre compte? Où était cette photo? À ce jour, je ne l’ai jamais trouvée. Cela s’est passé il y a environ 10 ans, mais de temps en temps, je passe encore à travers le contenu de ma table de nuit dans l’espoir de la trouver, même si nous sommes déménagés depuis.

 

Les bas ne disparaissent-ils pas tout le temps? Où vont-ils? C’est presque comme s’il y avait une autre réalité.

 

L’iPad de mon amie a disparu de manière étrange. Elle était là, elle n’a jamais rien vu. Probablement volé…

 


 

 

La distraction ou l’attention sélective est en partie à blâmer. J’ai récemment lu le livre «Why we make mistakes» de Joseph T. Hallinan. Il explique qu’il est impossible d’être présent à 100% tout le temps et «comment on regarde sans voir, on oublie les choses en quelques secondes et on est tous certains qu’on est bien au-dessus de la moyenne». Une lecture très intéressante!

 

Avant cette lecture, j’étais fière de pouvoir effectuer plusieurs tâches à la fois, mais la recherche montre clairement que le multitâche n’existe pas à proprement parler. Nous ne faisons que déplacer notre attention et chaque fois que nous le faisons, cela utilise des secondes et le cerveau doit se réajuster, rendant les deux tâches moins efficaces.

 

D’autres choses qui disparaissent parfois sont les personnes, les amis, les amants et les voisins à cause des déménagements, la rupture, la mort, un changement de cap.

 

Toute chose, tout individu disparaîtront un jour. C’est la vie, l’impermanence.

 

Les choses se perdent

Les choses sont oubliées

Tout se déplace et change

Tout disparaîtra un jour

Nous essayons de nous accrocher aux gens et aux choses

Mais tout ce que nous pouvons faire, c’est d’en profiter pendant que nous le pouvons

Car tout disparaît à chaque seconde de notre vie

Alors que quelque chose de nouveau germe et prend sa place

 

Quant à ma carte de débit, je l’ai trouvée ce matin dans la poche de mon manteau blanc. Elle n’était donc pas perdue après tout. J’étais tellement certaine d’avoir porté le manteau noir que je n’ai jamais vérifié celui-ci jusqu’à aujourd’hui.

 

Merci d’avoir lu et profitez de chaque seconde de votre réalité!

 

 

Suzanne

 

©Suzanne Bélair

 

 

Suivez-moi sur Instagram

Site web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Belair

 

Publicités

Read Full Post »

Je m’éveille au son d’une pluie fine qui tombe sur les feuilles

Elle rejoint le ruisseau qui chante de plus en plus fort

Une brise fraîche et parfumée entre par la fenêtre

La toile bouge doucement

Aucun oiseau, aucun animal  n’élève la voix

Matin paisible où tous écoutent

Cette pluie douce, source de vie, source de paix

Rester là sans bouger

Ouverte aux sensations, ouverte aux sons

Matin paisible,

Beau début de journée

 

©Suzanne Bélair

Photo credit: Pixabay.com

 

Suivez-moi sur Instagram

Site web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair

 

 

Read Full Post »

Hier j’ai décidé de faire mes recherches pour le projet Silent skies et trouver des images des oiseaux choisis que je pourrai retravailler. En après-midi, je suis allée au studio avec l’intention de reprendre mes pinceaux qui doivent se sentir abandonnés depuis Noël…

C’est bizarre comme le thème de cette nouvelle année se dessine graduellement et s’oriente vers les oiseaux avec le projet de murale et le livre pour enfants que j’ai commencé qui sera à propos d’une famille de pic bois…

Mais en entrant au studio et après avoir mis ma musique, ce ne sont pas mes pinceaux qui one attiré mon attention mais la chambre où j’entrepose mes toiles à moitié finies et celles qui sont vierges, mon matériel d’emballage, etc . J’aurais dû prendre une photo avant, c’était un désastre. C’est aussi la pièce où je vernis quand il fait trop venteux ou froid ou pluvieux dehors. J’ai besoin d’un bon espace central sur le plancher pour faire cela surtout si elles sont grandes. Depuis le déménagement du studio, je n’avais pas encore réussi à ranger et rendre cet espace fonctionnel.

Après un après-midi de travail, tout est maintenant organisé et propre, une belle façon de commencer l’année. Voici quelques photos :

En faisant ce grand ménage, j’ai trouvé une liste de projets datant de 2012. Ça m’a donné l’idée d’en refaire une pour 2018. Je ne sais pas pourquoi j’ai perdu l’habitude de faire ma liste de projets d’art en début d’année depuis le déménagement du studio. Je me complique souvent la vie à entrer mes idées dans différents cahiers quand une simple liste mise en évidence est tellement plus efficace.

Il y a beaucoup d’avantages à tenir une liste de projets dans le studio. J’aime la mettre sur un mur bien en vue où je peux la consulter régulièrement et tout ce qui est sur ma liste est généralement accompli au cours des mois qui suivent.

Une liste de projets est très stimulante et aide à maintenir le focus sur les priorités au studio où on perd facilement l’attention. Mon problème est que je veux tout faire en même temps, tout m’attire, les couleurs, les nouvelles techniques, mes toiles commencées à finir, des nouvelles à commencer, alors une liste de projets m’amène où je suis plus productive.

Un papier, un stylo et quelques minutes suffisent pour créer une liste de projets. C’est un outil merveilleux pour conserver la maîtrise de ses journées et de son attention et ça ne prend que 5 à 10 minutes.

Pas d’outil électronique pour moi quand il s’agit de faire une liste de projets car je veux l’avoir sous les yeux à tout moment surtout quand je commence à cocher ce qui est fait. Ça marche définitivement pour moi, ça me donne une vue d’ensemble et un élan d’optimisme.

Je l’utilise aussi pour établir mes priorités, incluant les dates butoirs pour les expositions, symposiums, les commandes.

Ça permet aussi d’optimiser son temps, comme de préparer plusieurs toiles au gesso en même temps selon ce qui est prévu.

Ça aide à rester serein parce qu’on a l’impression d’être plus en contrôle et ça élimine le stress de penser qu’on a oublié un projet ou une date.

Vous devinez facilement ce que je fais tout de suite après la rédaction de ce billet!

J’espère que ce court article vous motivera à faire votre liste de projets pour 2018!

 

 

Suivez-moi sur Instagram

Site web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair

  

 

 

 

Read Full Post »

Merci et Meilleurs voeux !

Suivez-moi sur Instagram

Site web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair

Read Full Post »

2017-01-18

Je suis au lac aujourd’hui

C’est le matin, tout est tranquille dans la maison, mon conjoint dort encore

Moment paisible

Je commence l’infusion du café. Bientôt l’arôme emplira la maison.

Je m’assoie à la table à manger faisant face au lac.

Le soleil se lève lentement transformant la glace bleutée du lac, amenant du jaune sur la surface brillante, du rose aussi

La partie ombrée demeure bleue et froide

Le ciel se transforme

Les grands végétaux et la colline cachent sa montée sur la droite

Jusqu’à ce qu’il apparaisse entre les arbres encore très bas

D’abord point brillant, aveuglant

Rayons qui veulent contourner les troncs

Les minutes s’écoulent lentement et je regarde le spectacle

Doucement, les jaunes arrivent aux cimes des arbres tandis que plus bas, seulement quelques rayons de lumière s’infiltrent entre les branches touffues des pruches

Moment magique et silencieux, j’en fais partie, privilégiée, émerveillée

Le soleil n’a pas encore rejoint la maison, ne m’as pas encore rejointe

Mais je sais qu’il s’en vient

Question de temps

Question de patience

Les verts se réchauffent là-bas derrière

La neige est grisâtre cette année

Beaucoup a fondu pendant le redoux

Il y a de petites branches, des petits débris parsemés partout sur le dessus

Le vent les y a amenés, tombés des grands arbres

Aiguilles, branches, écorces, la nature, la vie

Ici et là, un arbuste aux feuilles qui ont refusé de tomber pour la saison froide

Elles s’accrochent, résistantes, presque toutes dénuées de couleurs, beiges

Ça y est, le soleil monte un peu plus

Il arrive sur mes murs

Le lac gelé, encore transformé

On peut reprendre son souffle, le spectacle est terminé

Une fois de plus, la vie continue

Le café est prêt

©2017 Suzanne Bélair texte et photos

Site web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair

Read Full Post »

Meilleurs Voeux !

Microsoft Word - 2016-voeux-noel.doc

 

Read Full Post »

©Suzanne Belair

©Suzanne Belair

Le temps qu’on ne sait pas utiliser

Le temps qui file si vite

Le temps qui n’en finit jamais de passer quand on est enfant

Et qui soudain s’accélère avec les années qui passent

Et  plus encore quand le bonheur entre dans notre vie

Le temps, il n’y en a jamais assez

 

Qu’es-ce que ça veut dire perdre son temps?

Qui sommes-nous pour juger du temps perdu

Ce qui semble perdu peut avoir servi à un grand apprentissage d’abord inconnu puis intégré sans que l’on sache d’où ça vient

Le temps je n’en ai jamais assez

Je ressens beaucoup de culpabilité pour tout le temps que je « perd » à ne rien faire de « constructif »

Du temps perdu… paresse, flânerie, perdu

Est-ce vraiment nécessaire de ne rien faire?

J’entends que oui mais…

Je n’y crois pas vraiment

 

Sauf que même quand nous croyons ne rien faire, notre corps continue lui, de faire, de fonctionner malgré nous, notre corps ne s’arrête jamais lui

Quand je travaillais et que mes enfants étaient à la maison, je pensais perdre mon temps au travail

Quand j’étais à la maison, je perdais sûrement mon temps à des tâches non productives, pensais-je, surtout si les enfants étaient occupés sans moi

 

Se dire que l’on perd son temps c’est s’enlever la joie du moment présent qui vient dans quelque forme que ce soit et pour lequel nous devrions être reconnaissant

Cette chance d’avoir un moment à perdre

Beaucoup n’ont pas ce luxe

 

Finalement nous ne perdons jamais vraiment notre temps

 

 

© 2016 Suzanne Bélair

 

http://Suzannebelair.com

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

 

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :