Mon regard sur l’Urgence climatique

Au printemps dernier, mon mari et moi avons décidé de déménager. Nous avons donc acheté une autre maison qui avait besoin d’amour et de soins. Nous avons pris possession de la maison au mois d’août, nous lançant dans un projet de rénovation majeur qui m’a éloignée de la peinture et de l’écriture. Nous en sommes à la dixième semaine de rénovations et nous sommes bien heureux de ne pas y vivre encore. Après un été et un automne très occupés, j’ai vraiment hâte de revenir à la normale.

Photo taken by drone of the Montral march for climate Sept 27, 2019 –
Photo prise par drone de la marche pour le climat à Monréal le 27 sept 2019.
See @GretaThunberg on Twitter
Voir @GretaThunberg sur Twitter

Il s’est passé beaucoup de choses depuis ma dernière publication sur ce blog, et je tenais à commenter sur la marche pour le climat à Montréal, où plus de 500 000 personnes se sont mobilisées pour envoyer un message clair à nos dirigeants. Avec la présence de Greta Thunberg à notre marche, le beau temps de notre côté, les écoles qui avaient laissé les élèves partir pour la journée, l’atmosphère était électrique et optimiste. Tous étaient remplis d’espoir que le message serait enfin entendu, optimistes dans leur solidarité et comprenant qu’il est grand temps de prendre des mesures massives.

 

J’ai commencé ce blog il y a près de 13 ans et mon objectif principal était alors de parler d’environnement et d’éduquer au sujet des actions simples que nous pouvons tous prendre en tant qu’individus afin d’améliorer notre monde. Nous devons cesser de penser, de dire et d’agir comme si c’était le problème ou la responsabilité de quelqu’un d’autre. Oui, le gouvernement doit agir, diriger et prendre des décisions difficiles, mais les individus ont aussi un rôle à jouer.

 

Le Canada se réchauffe deux fois plus vite que le reste du monde. Près du cercle arctique, de la Sibérie et de l’Alaska, il y a une grande quantité de glace qui réfléchit le soleil dans l’espace, régulant ainsi la température. Avec la fonte des glaces, la surface réfléchissante est réduite et l’eau plus sombre absorbe plus de lumière, ce qui fait augmenter les températures. Cet effet ne fera que s’intensifier avec le Nord canadien qui se réchauffe beaucoup plus avec le temps.

 

Depuis 1948, la température a augmenté de 3F (1,66 ° C), obligeant le gouvernement fédéral à imposer une taxe sur le carbone après que les provinces n’aient pas atteint leurs objectifs de réduction de carbone. Jusqu’au 21 octobre, nous étions au milieu campagne électorale et la première action de deux des candidats, s’ils avaient été élus auraient été d’annuler cette taxe. Ils n’ont pas réussi, mais c’est vraiment triste que beaucoup ne pensent qu’à leur porte-monnaie et leur confort.

 

Un autre facteur qui affecte le nord est le pergélisol qui fond, déstabilisant les infrastructures, les maisons et autres structures. Plus important encore, le pergélisol renferme une énorme quantiré de matière carbonée. Lorsqu’il dégèle et que cette matière se réchauffe puis se décompose, elle libère le carbone qu’elle retient sous forme de gaz à effet de serre, à savoir du CO2 et du méthane. Les sols du pergélisol contiennent environ deux fois plus de carbone que l’atmosphère de la terre et les scientifiques nous disent que cette tendance de fonte n’est pas réversible.

 

Ce qui se passe dans l’Arctique ne reste pas dans l’Arctique, comme on dit. Les scénarios de réchauffement limité ne sont possibles que si le Canada et le reste du monde réduisent leurs émissions de carbone à près de zéro dès le début de la seconde moitié du siècle et réduisent les émissions d’autres gaz à effet de serre de façon substantielle..

 

Les océans aussi sont en crise. Depuis la fin de l’ère préindustrielle, les océans ont absorbé environ 29% des émissions mondiales de CO2. Toute cette pollution par le carbone modifie la chimie de l’océan, ralentit sa capacité à absorber le CO2, le rend plus acide et nuit aux mollusques et crustacés et à d’autres espèces marines dont nous dépendons. (https://www.ucsusa.org/resources/co2-and-ocean-acidification). L’océan de plus en plus acide signifie une présence d’oxygène réduite et l’émergence de zones mortes où l’oxygène est tellement épuisé que rien ne peut survivre. En outre, les inondations provoquent l’introduction de pesticides dans les océans, ce qui cause une prolifération d’algues qui contribue également aux zones mortes. Les océans stockent 93% de la chaleur excédentaire que nous générons, mais à mesure qu’ils se réchauffent, cette capacité sera réduite.

 

Nous devons garder en tête qu’il n’est pas trop tard si nous travaillons tous ensemble. Nous, gouvernements et individus, devons mettre de côté les conflits et le protectionnisme. Le fait est que nous savons tout cela depuis 30 ans et que peu de choses ont été faites pour inverser la tendance à la hausse. La terre doit être protégée par tous. Les pays doivent travailler ensemble pour l’avenir, nos enfants, nos petits-enfants.

 

J’espère de tout coeur que nous y parviendrons.

 

Suivez-moi sur Instagram

Site Web Suzanne Bélair

www.facebook.com/SuzanneBelairArtist

Enviroart by Suzanne Bélair

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.