Inspiration- Orchidexpo 2014 Montréal

Aujourd’hui dernier jour de mars. Hier tempête de neige. À Montréal, on dirait février, en Estrie, on dirait janvier, Où est le lac? On ne le voit pas plus qu’il y a deux mois. Les bancs de neige sont hauts, les routes mal déneigées et pleines de trous, les nids de poule, c’est pas seulement en ville…

 

Mais hier, répit du froid et de la grisaille de l’hiver, visite à l’Orchidexpo 2014, une exposition internationale d’orchidées présenté par les orchidophiles de Montréal. Pour l’instant d’une visite, rencontres intéressantes avec des passionnés d’orchidées, parfums envoûtants, couleurs à nous remplir les yeux et le coeur, design,délicatesse et variétés à couper le souffle. La nature, émerveillement !

BlogDSC_0217

Je possède ma première orchidée depuis presque trois ans et elle est capricieuse, elle aime la solitude, s’épanouit quand on la laisse tranquille. J’ai toujours peur de la perdre. En fleurs quand je l’ai reçue, elle m’a boudé près de deux ans avant de répéter sa performance et ce seulement après avoir été presqu’abandonnée au chalet, juste un peu d’eau aux deux semaines, au bord d’une fenêtre à regarder la neige. Elle aime l’hiver et n’a fleurit qu’à la fin de février. Elle aime son indépendance cette petite.


BlogDSC_0227

Je l’ai ramené dans mon studio après la floraison pour voir si elle supporterait ma compagnie, ma musique quand je peints. Et voilà qu’après un an, elle répète sa performance, me gratifiant de trois fleurs magnifiques. Et voici que je lui amène de la compagnie. J’ai osé, je me lance, deux autres belles orchidées sont venues la rejoindre au bord de ma fenêtre. L’une rayée de rose foncé sur un blanc presque transparent, l’autre pourpre à texture de velours. Les deux au parfum doux surtout la plus foncée.

BlogDSC_0221

BlogDSC_0221A

BlogDSC_0214A

 

 

 

Je les aime, une belle addition dans mon monde. Comment en prendre soin, ces deux petits êtres vivants, si délicats. J’ai un peu peur de ne pas répondre à leurs besoins. Ce matin, vite m’informer, car hier, tandis que l’une disait de rempoter en arrivant à la maison ou presque, l’autre disait d’attendre que les fleurs aient fané. Comment s’y retrouver?

BlogDSC_0214BlogDSC_0229

D’après mes recherches de ce matin, je vois que les racines de l’une sont trop humides et vont pourrir si elle n’est pas rempotée au plus vite Je vais donc prendre une chance. J’ai appris que les marchands mettent de la mousse trop serré autour des racines pour faciliter le transport et réduire l’arrosage mais que cela conserve trop l’humidité pour les racines qui doivent respirer, alors le rempotage est essentiel. Si la floraison peut durer quelques mois, je ne peux sûrement pas attendre…

 

Quelle belle inspiration ce côtoiement avec la biodiversité de la nature.

 

1 commentaire

  1. Suzanne, la sensibilité de l’orchidée, comme la sensibilité de ton écriture. J’aime l’orchidée, car elle est si particulière, on pourrait dire son indépendence. Le mienne me boude depuis un an aussi. Elle se fait attendre. Elle m’apprend la patience. Merci pour ce beau texte. Christiane

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.